Black Lives Matter
Comment aiderMinnesota Freedom FundJustice Pour Adama

Le vrai problème des Web Components

bloodyowl
bloodyowl

Les Web Components sont souvent vendus comme l'alternative des standards face aux frameworks qui ont envahi le dévelopemment front-end depuis plusieurs années. C'est un discours commercial (ou un discours d'advocate comme on appelle ça dans le développement), mais qu'en est-il vraiment ? Les Web Components sont-ils une alternative viable à React, Vue, Angular et consorts ? Tiennent-ils la promesse d'unifier tout le monde derrière une même bannière ? À quoi servent-ils ?

Un peu d'histoire

L'histoire des Web Components débute par une énorme tentative de forçage. Google (qui n'en est décidément pas à son coup d'essai pour emmerder le monde avec ses idées de technos) débarque, défonce la porte du W3C à grands coups de pieds, jette un brouillon de spécification sur le bureau, crie "ET C'EST DÉJÀ DANS CHROME" et s'en va comme il est venu. Dans le jargon on appelle ça une belette sauvage.

Mais que contient cette spécification ? Elle s'articule autour de quatre concepts :

  • des templates: du HTML inerte et clonable
  • des decorators: un moyen d'appliquer du HTML depuis CSS (?)
  • des custom elements: qui permettent de créer ses propres éléments utilisables dans un document HTML, avec leur comportement propre
  • le shadow DOM: un système de sous-arbre DOM

Certains de ses aspects font rêver, comme les styles scopés, mais la solution a du mal à prendre en dehors de Google. L'immense majorité de la communauté est complètement paumée devant ce concept de shadow DOM et ne comprend pas bien comment sont censés s'articuler les différents concepts de la spécification.

Passent quelques années. Le W3C finit par faire évoluer le brouillon de spécification en quelque chose de plus viable, mais ça met du temps. Il hérite de questions balayées par le document et doit les résoudre, avec le soin de ne rien casser. La tâche est d'autant plus ardue que Chrome fait déjà tourner la version brouillon.

Pendant ce temps, Google a eu le temps de promouvoir sa specification à fond les ballons, avec des frameworks construits autour et une forte communication de leurs advocates.

Aujourd'hui, les Web Components retrouvent un peu de succès grâce à des bibliothèques et frameworks qui permettent de simplifier la gestion de l'état et du DOM à l'intérieur du custom-element.

Le problème fondamental des Web Components

Je pense que les Web Components ont un problème fondamental : en tentant de réconcilier la généricité d'un Web partagé par tous avec le fait de se créer son propre "standard local", ils finissent par ne répondre à aucun besoin critique.

Le partage des custom elements

Partager et réutiliser, c'est la priorité numéro 1 d'un système de composants. C'est pourtant quasiment impossible à atteindre quand on rajoute l'orchestration depuis HTML dans la balance.

La manière d'enregistrer un custom element est de passer une class héritant de HTMLElement à une petite API:

window.customElements.define("my-tag-name", MyTagClass);

Comme la forme que prend cette API le suggère, my-tag-name sera ajouté globalement à la page, ce qui est logique, puisque le tag doit être utilisable dans du code HTML.

En général, pour rester pratique à l'usage, un module JavaScript dans lequel on déclare un custom-element va l'auto-enregistrer, et on trouvera l'appel à window.customElements.define à la fin du fichier. Dès lors, pour utiliser notre nouveau tag, il faudra simplement s'assurer qu'il a été déclaré dans la page :

// adds `my-tag-name` to our global scope if not already
import "./MyTag.js";

Le problème ici : entre la déclaration et l'utilisation, on trouve un lien faible, et un oubli est vite arrivé. Il peut être difficile pour des outils de détecter qu'un tag n'est pas déclaré ou au contraire déclaré sans être utilisé, puisque l'appel à window.customElements.define n'est pas pur au sens du programme : déclarer un nouvel élément peut avoir des effets de bord.

L'API nous laisse en plus responsables du namespacing : il faudra toujours préfixer vos noms de tags par une chaîne de caractères propre à votre organisation, et pas de chance si des éléments tiers que vous comptez utiliser sont tombés sur le même préfixe.

Le versionning semble également absent des considérations de la spécification. Si différentes parties de votre application évoluent à des vitesses différentes et que vous devez vous retrouver avec deux versions du même élément, l'une des deux parties de votre application devra faire un sacrifice sur le nommage, avec un color-picker-legacy ou un color-picker-v2.

L'orchestration des composants

À moins d'être disposé à faire un retour de 10 ans en arrière quant à la gestion de l'état et du DOM, il me semble peu souhaitable de les gérer soi-même. On va donc avoir tendance à utiliser des bibliothèques et frameworks dans ses custom-elements. Sans ces outils, on se retrouve dans les écueils de maintenabilité qui limitent ce qu'on est capable de produire sereinement.

Pour apporter une valeur qui dépasse le simple styling et une gestion d'états très basique, les Web Components dépendent eux aussi de solutions tierces. À "praticité" égale, ils n'unifient pas les frameworks, ils en contiennent.

L'intérêt de pouvoir orchestrer ses Web Components via différents frameworks au sein d'une même entreprise perd alors un peu de sa superbe, puisqu'on duplique de la fonctionnalité entre la logique macro (orchestration) et micro (comportement des éléments eux-même).

Nos besoin pratiques ne sont pas ceux de HTML

Les custom-elements étant des éléments HTML, ils héritent de leur manière d'échanger de l'information : les attributs, les propriétés et les évènements. Pour être utilisables depuis du code HTML, les attributs doivent être sérialisables, et le reste devra passer par des propriétés et des évènements.

Pour passer de l'information complexe, vous devrez donc impérativement passer par du code JS:

myCustomElement.value = 1;
myCustomElement.addEventListener("change", function(event) {
  // do something with event.target.value
});

Et si vous faites l'effort d'accepter des attributs sérialisés, votre code n'en sera que plus complexe.

Hors frameworks, cette mécanique va par ailleurs compliquer votre capacité à exiger des propriétés ou callbacks. Pour prendre un exemple simple, dans ma codebase j'ai un composant TouchableOpacity (un bouton qui devient semi-transparent lorsque la souris est appuyée dessus). Ce composant impose via le compiler qu'on lui passe un callback onPress, faute de quoi ça signifie que je n'utilise pas le composant adapté, ou que j'ai oublié de lui en passer un. Cette mécanique me permet de créer sereinement des composants avec des contraintes d'utilisation, et m'évite d'avoir à supporter des cas non souhaités. Les custom-elements, si je les utilisais bas-niveau, m'imposeraient à leur échelle de prévoir ce genre de cas.

Il est théoriquement possible d'avoir des outils capables de détecter et d'alerter sur ce genre de comportements. En pratique, à moins d'imposer un outil d'orchestration des Web Components (aka un nouveau framework), ça semble fortement compromis.

L'interopérabilité avec les outils génériques

Si je dois crawler une page et interpréter son contenu, recevoir des custom-elements rique de me rendre la tâche difficile : chaque site peut donner un sens différent au même tag HTML.

Prenons un exemple repris de la documentation de Google AMP, qui utilise les Web Components :

<amp-list
  width="auto"
  height="100"
  layout="fixed-height"
  src="/static/inline-examples/data/amp-list-urls.json"
>
  <template type="amp-mustache">
    <div class="url-entry">
      <a href="{{url}}">{{title}}</a>
    </div>
  </template>
</amp-list>

AMP ajoutant les roles aria qui vont bien au runtime, le serveur me renvoie le code vu plus haut. Qu'est-ce que je suis censé en faire ?

Est-ce que je dois:

  • m'amuser à lister et interpréter manuellement tous les éléments custom de tous les sites ?
  • forcer les gens à ajouter les rôles d'accessibilité à l'appel de leurs custom-elements, ce qui fait perdre un énorme intérêt à l'abstraction par composant

Il est possible de bidouiller des solutions pour faire du Server-Side Rendering, mais c'est en réécrivant le contenu de chaque custom-element lorsque le JavaScript prend le relai, ce qui n'est pas idéal à l'étape où le navigateur travaille le plus.

Un rêve irréconciliable avec la réalité

La plupart des problèmes que j'ai listé ici me paraissent cruciaux lorsqu'on développe une application Web avec des attentes modernes. C'est à mon avis la raison du succès des frameworks front-end : ils les ont réglé avec de l'outillage.

Les Web Components, qui cherchent à résoudre une partie des problèmes auxquels s'adressent les frameworks, ont quant à eux la tâche beaucoup plus ingrate : faire la même chose avec les impératifs de standardisation et de rétro-compatibilité, sans pour autant empêcher les évolutions futures.

Ajouter la nécessité de pouvoir sérialiser en HTML ses composants dont le comportement est déclaré dans du code JavaScript, en imposant un lien faible entre les deux (mon navigateur n'affiche aucune erreur si j'utilise un tag non enregistré), c'est se tirer une balle dans le pied. La separation of concerns n'a de sens que si nos concerns sont indépendants, et ce n'est définitivement pas le cas des Web Components.

Ils ne parviennent pas à réconcilier les contraintes inhérentes aux standards avec la fonctionnalité qu'ils doivent apporter, et c'est tout à fait normal : Google a essayé de faire rentrer un rond dans un carré, empilant les concepts jusqu'à perdre la substance même du besoin original : faire un standard de composants réutilisables sur le Web.

En se foutant royalement du consensus (qui aurait eu de fortes chances de déboucher sur « venez on le fait pas »), Google a foncé tête baissée pour créer une fonctionnalité pas finie, déjà limitée dans ses évolutions futures par son adoption que l'entreprise s'est efforcée de lancer à grands coups de communication et d'advocacy.

C'est dommage.

Vous avez aimé cet article?
Le partager sur Twitter
← Articles
Ne rien rater
Sur les réseaux
Twitter
Facebook
Facebook
Apple Podcast
Soundcloud
Sur le chat
Discord