Black Lives Matter
Comment aiderMinnesota Freedom FundJustice Pour Adama

Écrivez du code stupide

bloodyowl
bloodyowl

Dans les premières années de nos carrières, on se concentre souvent sur le fait de faire du code dont on peut être fier. Du code propre. Du code élégant. Du code intelligent.

J'ai passé des heures à essayer que mon code fasse des trucs intelligents, à essayer d'éviter la répétition à tout prix avec de la factorisation, à écrire des abstractions dans tous les sens, m'assurant que j'écrivais toujours le bout de code le plus court pour une tâche donnée.

J'en ai aujourd'hui plus rien à secouer. Du tout.

J'en suis arrivé à un petit mantra:

Faites des plans intelligents.
Écrivez du code stupide.

Pourquoi → Comment → Quoi

J'aime beaucoup la conférence TED «Start with why» de Simon Sinek (vous l'avez très certainement déjà vue), et bien que ça parle de boites, je pense que l'idée générale peut s'appliquer à beaucoup de domaines.

Pour paraphraser un peu: partez de la vision, puis trouvez un moyen de la concrétiser, puis faites-le.

Why, how and what

Bien sûr Sinek parle d'un principe général, mais dans notre cas ça marche aussi pour des cas précis.

Pourquoi

Savoir le pourquoi, c'est ce qui nous fait comprendre dès le départ quelle valeur on est censé amener. Le pourquoi c'est notre ligne directrice, ce qu'on vise. Quand on sait le pourquoi, même si on se retrouve bloqué dans la technique, ça nous donne l'opportunité de trouver et de proposer des alternatives qui offrent une valeur équivalente.

Comment

Une fois qu'on sait pourquoi on va faire quelque chose, on peut se concentrer sur le comment. Comment est-ce qu'on rend ça réel ? Comment ça va marcher ? Comment notre fonctionnalité, notre idée ou notre fix va s'intégrer dans le projet ? Comment la solution un s'évalue face à la solution deux ?

Quoi

Une fois qu'on a planifié le comment, le quoi est la partie la moins intéressante. C'est un boulot de traduction. On écrit dans un langage ce qu'on a exprimé dans un autre.

Faire les choses dans cet ordre a de multiples avantages pour l'organisation et les gens qui la composent :

  • les gens connaissent la valeur qu'ils vont apporter dès le départ
  • avec l'objectif en vue, les gens ont en général de meilleures idées
  • les "mauvaises" idées sont éliminées tôt dans le processus

Notre boulot n'est pas une question de code

Ce que je considère comme étant un·e bon·ne développeur·se, c'est pas quelqu'un qui va écrire le one-liner le plus efficace, mais quelqu'un qui est doué·e pour aller du pourquoi au comment, et arrive simplement à faire le quoi.

Pour arriver là, je pense qu'à un certain point, on doit tous et toutes arrêter d'avoir quoi que ce soit à faire du "beau code". Dans ce sens, les outils de normalisation comme Prettier sont à mon avis une des plus grosses avancées qu'on ait faites dans les années récentes, parce qu'ils nous ont permis de concentrer notre énergie ailleurs que sur les effets de bord sans intérêt du quoi.

Notre boulot, c'est de transformer une vision en réalité.

Le code n'est pas une fin en soi. C'est pour ça que je crois fermement au code stupide.

C'est quoi du "code stupide"?

Ce que j'appelle code stupide, c'est du code qui est:

  • facile à lire: pour que vos collègues (ou votre futur vous) puissent comprendre facilement
  • explicite: c'est pas grave si votre nom de variable ou de fonction fait 30 bornes de long. Ne mettez pas dans un commentaire ce que vous pouvez mettre dans un nom.
  • honnête: n'essayez pas de cacher la complexité métier pour en faire une fausse simplicité. La seule chose que vous accomplirez c'est faire en sorte que les gens doivent aller dans pleins d'endroits dans le code pour comprendre les idées.
  • supprimable: pour ne pas arriver dans la situation où personne n'ose toucher à un bout de code, ne sachant pas si ça va casser quelque chose

Pour prendre un exemple trivial, dans la codebase React de ma boite, on fait du prop-drilling, ce qui veut dire qu'on passe toute la donnée depuis le composant à la racine à ses descendants via les props. Fut un temps je trouvais ça affreux. Aujourd'hui, certains se battraient encore contre ça, parce que ça n'a pas l'air propre, qu'on ferait mieux d'utiliser un data store séparé.

Bien sûr. C'est stupide.

C'est la manière la plus stupide de passer de la donnée d'un composant à ses descendants. C'est aussi le plus simple. N'importe qui ayant bossé sur une codebase React sait comment passer une prop à un composant. N'importe qui lisant la source d'un composant sait exactement de quelles données il a besoin en quelques secondes. Si on utilisait un data store, cette personne devrait probablement naviguer entre 3 ou 4 fichiers juste pour comprendre ce qui se passe.

Quand vous écrivez du code intelligent, la personne que vous avez le plus de chances de balader, c'est le vous du futur, quand vous allez revenir sur votre bout de code super malin dont vous vous souviendrez pas et sur lequel vous allez passer plusieurs heures à essayer de le piger.

Que votre bout de code soit intelligent ou stupide, ça ne change rien pour l'utilisateur final. Ce n'est que du code source. Si un bout de code stupide vous permet d'ajouter de une valeur plus rapidement à votre produit, pourquoi perdre du temps ? Si le bout de code stupide est facilement compréhensible, pourquoi l'obfusquer en essayant de le rendre plus malin qu'il n'a besoin de l'être ?

Effort on value

Le code stupide réduit mécaniquement l'effort immédiat et futur, rendant la valeur que vous apportez plus accessible.

Si on était des machines à écrire du code, on apporterait pas une immense valeur.

On est doué·e·s quand on prend un peu de recul et qu'on a une vue d'ensemble.

Faites des plans intelligents.
Écrivez du code stupide.

→ Cet article est également disponible en anglais sur mon blog

Vous avez aimé cet article?
Le partager sur Twitter
← Articles
Ne rien rater
Sur les réseaux
Twitter
Facebook
Facebook
Apple Podcast
Soundcloud
Sur le chat
Discord