Crédit photo

Qu'est-ce que l'intégration continue ?

Certains risquent d'être déçus puisque nous ne parlerons pas ici des fameux 3x8, technique qui consiste à faire tourner 3 équipes d'intégrateurs HTML en continu afin d'avoir du PSD > HTML 24h sur 24.

#Le principe de l'intégration continue

L'intégration continue est un ensemble de pratiques utilisées en génie logiciel consistant à vérifier à chaque modification de code source que le résultat des modifications ne produit pas de régression dans l'application développée.

Source: Wikipédia

#Pré-requis pour mettre en place l'intégration continue

Avant de rentrer dans le vif du sujet, assurez-vous d'avoir déjà de bonne bases, pour maintenir une base de code saine en versionnant avec git. Nous sommes en 2015, l'année où l'on était censé avoir les voitures volantes, nous n'allons donc pas expliquer ici à quoi sert de versionner du code.

Du code versionné ne suffit pas, il faut avoir des tests automatisés bien entendu. Front et back, il en faut de tous les côtés.

Ensuite, il nous faudra choisir un serveur qui va gérer l'intégration continue. Il existe des services tels que:

#L'intégration continue en pratique

Un fois qu'on a notre code testé et versionné et qu'on a configuré son serveur de CI, chaque modification va déclencher des actions sur ce serveur, puis, en fonction des résultats, va déclencher d'autres actions tout en vous notifiant si besoin.

Un exemple classique serait le suivant : une fois les dernières modifications de code poussées sur la branche principale sur votre dépôt de code, le serveur d'intégration continue va jouer tous les tests et déployer le tout en production si tout a marché sur des roulettes.

Si des problèmes surviennent, rien ne sera déployé et vous serez notifié sur les services que vous avez configurés (email, IRC, webhook, etc).

Nous pouvons imaginer que votre serveur vienne vous insulter sur votre logiciel de chat interne, en vous montrant du doigt. On pourrait aussi imaginer une synthèse vocale crier votre nom et préciser à toute l'équipe que vous avez merté : “MoOx, you just fucked up the build by breaking 42 tests! Fix that please”. Pour finir dans les exemples farfelus, nous pourrions avoir une petite tourelle type Nerf qui vous met un petit headshot qui va bien. Des équipes font vraiment ça, et vous vous en doutez, y'a de la grosse marrade au programme.

L'idée est vraiment de pousser le plus souvent possible, les plus petites modifications possibles avec la meilleure couverture de tests possible. Ceci afin de minimiser les risques. De plus, cela aide à rester focalisé.

Tout ce processus (versionné aussi tant qu'à faire), qui permet de jouer tous les tests rapidement (dans un environnement similaire à la production), doit être transparent et accessible localement, afin que les développeurs aient une bonne visibilité et une bonne compréhension du système en place.

#Faire des tests automatisés, c'est la vie

J'ai mis un titre pour ça car c'est important. Vraiment. Tout développeur qui n'a pas encore écrit ses premiers tests a peur. Puis avec le temps, il se dit que finalement, il ne fallait pas avoir autant d'appréhension et qu'il était très con de ne pas avoir testé automatiquement tout ses codes sources plus tôt. À tel point qu'une DeLorean modifiée pour se prévenir soi-même ne serait pas de refus.

Une fois la barrière franchie, on se dit vraiment qu'on était stupide de pas avoir essayé avant.

#Une commande qui exécute les tests

Un fois qu'on a écrit des tests, ou même souvent avant, on automatise l'exécution des tests. En général c'est rapide, étant donné qu'une simple commande ou un simple script suffit. Beaucoup de test runners existent et vous n'aurez aucune difficulté à en trouver un en adéquation avec votre language favori.

Pour notre site, la commande est npm test. Simple, efficace.

Elle exécute tout ce qui est nécessaire à compiler notre application et à jouer les tests tout en retournant un résultat lisible et un code d'erreur si besoin.

#Et après ?

Là, si vous avez déjà mis tout ça en place, le bonheur ultime du développeur n'est pas loin : vous pouvez rapidement vérifier qu'il n'y a pas de régressions et agir en conséquence.

Chez Putain de code ! (en date de cet article), notre couverture de tests est loin d'être bonne. Mais ce site étant un petit plaisir un peu risqué, nous faisons quand même du déploiement continu, l'étape d'après ! On aime bien l'idée du move fast & break nothing .